Blog de Geneviève - B

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Jeudi 4 février 2016

COP 21 & numérique : le problème reformulé

Geneviève Bouché, les Sommets du Digital à La Clusaz du1/2/16 au 3/2/16

 

Depuis la COP 21, nous savons que le problème n’est pas de sauver la planète, mais de sauver l’Homme en prenant soin de la planète. L’idéal serait de changer nos comportements, ce qui pourrait prendre beaucoup de temps… Or, justement, un autre changement en marche et, telle une boussole, il semble s’orienter à peu près dans le bon sens.

Précision : ce n’est pas le numérique qui change nos comportements, mais c’est parce que nous avons de nouvelles ambitions que nous développons ces technologies.

Notre ambition concerne « l’estime de soi » et elle passe par le désir de réussir sa vie et non plus accumuler de la richesse.

 

Et d’ailleurs, nous confions progressivement à des robots la satisfaction de nos besoins primaires (ceux liés à notre intégrité physique et physiologique) afin de nous consacrer, justement, à nos préoccupations d’un niveau supérieur.

Cette évolution bouscule nos certitudes à propos de la monnaie, la propriété, la démocratie ou encore le travail et nous ressentons le besoin de les faire évoluer.

Lire la suite...

Mercredi 20 janvier 2016

Les nouveaux paradigmes du XXIème siècle

Echange avec Thibault Lieurade,  journaliste à Xerfi Canal donnant lieu à la vidéo publiée le 20/1/16

Vous êtes futurologue – c’est assez inhabituel, mais nous y reviendrons – et vous avez publié « Changeons de civilisation » aux Editions Kawa. Le titre peut paraître présomptueux, comme cela est dit sur la 4e de couv, mais il s’agit bel et bien d’un travail de futurologue.

Avant de nous éclairiez sur vos méthodes de travail, pouvez-vous nous présenter en quelques mots les conclusions de vos travaux ? Quelles sont les grandes tendances que l’on peut anticiper dans les prochaines décennies ?

Je me suis posé la question suivante : est-ce que la civilisation occidentale (en tant que modèle de référence) s’effondre ? Je suis arrivée à la conclusion qu’elle est au contraire en train de franchir une étape, qui a été introduite (de façon éphémère) par l’ère industrielle.

Lire la suite...

Dimanche 17 janvier 2016

IL Y AURA TOUJOURS DU TRAVAIL POUR TOUT LE MONDE, MAIS…

Les pays développés bricolent des dispositions qui aident l’emploi, mais la formule efficace n’a apparemment pas été trouvée. Les mauvaises nouvelles s’accumulent :

  • La quantité d’emploi disponible est scientifiquement en régression,
  • L’emploi à vie a quasiment disparu tandis que les formules de travail à la demande se multiplient, faisant surtout le bonheur des plateformes d’offre et de demandes de travaux. L’emploi se morcelle,
  • La classe moyenne s’effrite. Or elle constitue le socle de la société. L’instabilité sociale fragilise la société.

Les solutions convaincantes peinent à voir le jour. Appartement, il faut sortir des sentiers battus.

Effectivement avec le regard de l’économiste classique, rien ne va plus. Les bonnes recettes du passé ne fonctionnent plus.

Lire la suite...

Vendredi 8 janvier 2016

Soudain, le revenu de base apparaît dans le champs des possibles ! Voici pourquoi

Le CNNum a remis cette semaine à la ministre du travail son rapport sur le numérique et l’emploi. Il constate le délitement de l’organisation du monde du travail façon 20ème siècle et explore, notamment, la piste du revenu de base. Mais, pour réellement comprendre cette piste et ses conditions de mise en œuvre, il faut s’attarder sur les causes du changement : nouveaux besoins, nouveaux acteurs, nouvelles contraintes.

Lire la suite...

Vendredi 1 janvier 2016

2016 : on discute encore, mais sur les vraies questions !

L’année 2015 a confirmé le mouvement d’ouverture aux idées nouvelles des années précédentes. Exemples en vrac :

  • Lors de la COP21, à l’Unesco, les débats sur le travail ont montré le désarroi des uns et les avancées des autres, comme l’entreprise libérée,
  • Les entrepreneurs de l’énergie renouvelable ont expliqué aux investisseurs institutionnels que s’ils veulent s’impliquer dans ces opportunités, ils doivent adapter leurs exigences et non l’inverse,
  • Les assureurs s’inquiètent de l’ampleur des catastrophes naturelles qui s’amplifient d’année en année,
  • Les rapports remis aux ministres sont désormais lus et commentés sur le net, empêchant les décideurs de bloquer des réformes au motif que « les français ne seraient pas d’accord »,
  • Le monde de la banque s’émeut des potentialités des blockhains…

 

Les sujets prioritaires sont l’emploi et la fragilité du système financier ainsi que leur impacte sur l’environnement et l’équilibre mondial.

Continuons à nourrir la controverse et à proposer une vision et des actions.

L’année 2016 s’annonce riche à expériences et en surprises. Qu’elle soit bonne, sur ce blog, partout ailleurs et aussi dans la vraie vie.

 

Samedi 26 décembre 2015

Revenu de base plus malin que la prime d’activité

La prime d’activité ne concerne que ceux qui ont une activité. Les mauvais salaires sont compensés par les deniers publics. Il s’agit donc d’une prime au mauvais employeur, versée au salarié.

Le revenu de base stabilise le marché de l’emploi de manière à ce que les jobs dangereux ou pénibles soient bien rémunérés.

Nos élus sont obsédés par la création d’emploi, tout comme nos voisins, qui sont soumis aux mêmes contraintes de transition. Chacun bricole le dispositif qui permet d’afficher des statistiques correctes.

Lire la suite...

Vendredi 18 décembre 2015

De l’Open-innovation à l' « entreprise libérée», la révolution douce

Le tissu entrepreneurial français est encore très marqué par l’ère industrielle, avec son modèle en forme de pyramide. Notre besoin d’adaptabilité, nous pousse vers une structure maillée.

Or la structure capitalistique ne favorise pas cette migration, en dépit du fait que l’hyperspécialisation des entreprises devient inefficace.

Deux solutions se font jour : l'Open Innovation, où l'entreprise tente d'absorber l'innovation des startups, et l'Entreprise Libérée, où l'entreprise fait rayonner son potentiel d'innovation pour stabiliser ses racines.

Voici le scénario qui en résulte.

Lire la suite...

Samedi 12 décembre 2015

Présidentialble : mieux qu’un programme, faites un projet

La Cop21 ferme ses portes. Les décisions ne sont sans doute pas à la hauteur des efforts, mais la réflexion a progressé, mettant les uns et les autres face à leurs contradictions.

Les innombrables colloques, organisés autour de l’événement, ont permis à certains de délivrer des messages forts et à d’autres de montrer la limite de leurs raisonnements.

Aux entretiens de Royaumont, Philippe de Castrie a fait observer que les catastrophes climatiques allaient dépasser le potentiel de couverture dont les assurances sont capables. Dans les locaux de l’Unesco les sachants ont débattu avec les intellectuelles sur le thème « changeons tous les climats ». L’emploi a largement occupé les débats, avouant une impuissance devant le gouffre social provoqué par la robotisation et les concentrations financières.

Lire la suite...

Dimanche 29 novembre 2015

Le scénario « vers une autre abondance » est à moitié écrit

Nous sommes écrasés de règles et d’obligations. Dans le même temps, nous tentons de libérer les initiatives et la créativité.

La création d’entreprise se développe en dépit du fait que le cadre social dans lequel ils opèrent est le moins protégé de tous. Parmi les porteurs de projet, il y a les soi-disant « doux rêveurs » de l’ESS (économie sociale et solidaire) qui tentent de démontrer qu’une autre forme d’activité économique et sociale est nécessaire. Cependant cette forme d’économie ne parvient pas à se financer dans le modèle capitaliste en vigueur. Elle est parfois financée par de l’« argent dette », mais les restrictions budgétaire liées à cette monnaie ne lui permet pas de prendre sa pleine dimension.

Lire la suite...

Samedi 14 novembre 2015

Se radicaliser ou allez de l’avant : la désespérance tue !

Ce vendredi 13 novembre 2015 n’a pas été un jour de chance. Pour ceux qui nous ont quittés, nous devons le transformer en opportunité pour nos enfants. Nous devons nous concentrer sur l’essentiel : affirmer les valeurs avec lesquelles nous voulons construire une société adaptée à la nouvelle donne.

Le mal qui nous a frappés n’a, en apparence, rien à voir avec nos petites querelles politiques nationales. Cependant, il nous donne la possibilité de nous interroger sur ce que nous voulons vraiment. Les enjeux sont énormes.

Lire la suite...

- page 1 de 16